Le tribunal arbitral du sport tue le football africain

Article : Le tribunal arbitral du sport tue le football africain
6 avril 2015

Le tribunal arbitral du sport tue le football africain

photo Euro Sport

Encourager l’impunité dans le sport revient à tuer proprement le football africain. A mon avis, le geste antisportif du Maroc de renoncer à organiser la dernière Coupe d’Afrique des Nations de football méritait bien une sanction exemplaire.

Malheureusement j’ai été sidéré d’entendre sur Rfi que le tribunal arbitral du sport (TAS) a annulé quasiment toutes les sanctions infligées au Maroc par la Caf (Confédération Africaine de Football), alors que ce pays avait renoncé sans raison valable dans les ultimes minutes à organiser la CAN senior 2015 par peur du virus Ebola.

Selon le TAS (Tribunal Arbitral du Sport), le royaume shérifien ne manquera plus de jouer les CAN 2017 et 2019 comme le prévoyaient les sanctions de la Caf ; et l’amande financière de 8 millions de dollars qu’il devait payer au titre de compensation a été réduite à SEULEMENT moins de 50 mille euros.

Je n’ai rien personnellement contre le Maroc, et je comprend la frustration qu’aurait ressentie sa belle équipe de football de ne pas disputer 2 CAN de suite; mais je déplore amèrement la complaisance du TAS dans la gestion du football africain. Cet acquittement ou presque du Maroc fera désormais jurisprudence en Afrique. N’importe quelle autre nation pourra aussi renoncer délibérément à organiser des compétitions, sachant qu’elle n’en courra pas grand ‘chose comme sanction. La preuve, déjà mon pays la Rdc vient d’emboiter le pas au Maroc en renonçant elle aussi à organiser cette année la CAN des moins de 23 ans. Et comme l’Afrique nous habitue aux improvisations, c’est le Sénégal qui va  sauver les meubles.

Alors, si les choses doivent continuer comme ça sans sanctions, le football africain n’est pas loin de sa tombe.

L’Egypte dira par exemple qu’elle ne va plus accueillir la CAN de handball en 2016 pour la simple raison que les pyramides ne sont pas prêtes, ou quelque chose de ce genre.

A mon avis, la clémence du TAS vis-à- vis du Maroc humilie et fragilise l’autorité de la Caf (Confédération Africaine de Football). Car le Maroc considérera désormais les sanctions de la Caf comme ayant été motivées par de mauvaises intentions et la volonté de nuire.

Le même tribunal arbitral du sport a fait pareil dans l’affaire de la mort du joueur camerounais Albert Ebosse contre la Jeunesse Sportive de Kabylie. Il avait encore levée les sanctions malgré la mort du camerounais. Ce genre de comportement risque d’amener certains à se demander si le Tribunal Arbitral du Sport n’est pas une justice des blancs sur les noirs.

Pourtant, quand on regarde de près , rien ne justifie la levée des sanctions infligées par la Caf au Maroc. Le renoncement du Maroc avait tous les ingrédients d’un acte de sabotage de la compétition. D’abord il a renoncé au moment ultime où la Caf ne pouvait plus trouver un remplaçant ! Cela a failli faire manquer à l’Afrique la CAN 2015 n’eût été le sauvetage équato guinéen in extremis.

En plus l’alibi marocain de virus Ebola ne s’est jamais justifié, car la Guinée Equatoriale a organisé cette CAN 2015 sans qu’aucun cas d’Ebola n’ait été rapporté avant, pendant ou après la compétition, alors que même la Guinée Conakry qui était parmi les pays les plus touchés par cette épidémie était présente à Malabo.

Quant à moi je ne peux que féliciter la Caf pour son sens d’autorité et de justice. Elle l’a démontré par exemple en sanctionnant sévèrement l’arbitre mauricien qui,  pendant la CAN 2015 lors du quart de finale Guinée-Equatoriale-Tunisie, avait accordé un coup franc et un penalty imaginaires au pays hôte (Guinée-Equatoriale), entrainant l’élimination injuste de la Tunisie.

Le Tribunal Arbitral du Sport doit revoir sa politique vis-à-vis du football africain.

Partagez

Commentaires