Racisme et xénophobie en Afrique du Sud

Étiquettes
13 avril 2015

Racisme et xénophobie en Afrique du Sud

  XENOPHOBIE EN RSA ph AFP 

 photo AFP

Quand on parle du racisme, on n’accuse que les Blancs qui n’aiment pas la peau noire; pourtant l’inverse existe aussi.

Il me semble qu’aujourd’hui les Sud-Africains noirs cherchent eux aussi à instaurer un nouvel apartheid en Afrique du Sud, un apartheid des Noirs contre les Blancs ou carrément contre les étrangers. Ils s’en prennent aujourd’hui à tout ce qui représente l’histoire des Sud-Africains blancs. Les monuments des leaders blancs sont déboulonnés les uns après les autres, avec une violence qui ne peut s’expliquer que dans le racisme. C’est comme si seuls les Noirs ont droit au respect de leur histoire et pas les Blancs.

Même s’il est logique que les monuments qui représentent l’oppression doivent disparaître, mais on ne peut pas dire que tous les vestiges des Afrikaners qu’on est en train de détruire aujourd’hui représentaient toujours la domination blanche. Le néo apartheid en Afrique du Sud aujourd’hui est noir.

En plus, à ce mépris des symboles blancs, les Noirs ont ajouté la pire xénophobie. Quelqu’un leur a fait croire que s’ils n’ont pas d’emplois, c’est parce que tous les emplois disponibles sont occupés par des étrangers. Donc il faut renvoyer les étrangers.

L’appel à chasser les étrangers vivant en Afrique du Sud a été lancé par le roi traditionnel des Zoulous. Reprenant en choeur cet appel, les Sud-Africains noirs sont passés à l’acte contre les étrangers avec la même violence aveugle qui a toujours caractérisé les Zoulous depuis l’époque du parti Inkhata de Mangosuthu Buthelezi.

La tribu des Zoulous est-elle en train de devenir le nouveau Front national version sud-africaine ? C’est facile de faire cette comparaison.

Ce qui est décevant c’est que Nelson Mandela est mort en 2013, mais déjà les Sud-Africains noirs semblent avoir tout oublié de son combat. Est-ce qu’ils peuvent encore se rappeler qu’à sa sortie de prison, Madiba déclarait  » qu’il ne s’était pas battu pour asseoir une domination des Noirs sur les Blancs ou d’une race sur une autre, mais que plutôt son combat était pour une Afrique du Sud où tout le monde (blanc, noir, métis) jouit des mêmes droits ».

C’est vraiment dommage qu’aujourd’hui, l’appellation nation arc-en- ciel perde son sens. Et la situation risque d’aller empirant. Si bien qu’on ne sera pas loin de la vérité si on ose dire que le premier président noir d’Afrique du Sud a souffert en vain.

A voir le degré de xénophobie dans le pays, le roi traditionnel des Zoulous le bien mal nommé Goodwill Zwelithini devrait à mon avis être poursuivi en justice, car c’est lui qui a appelé à chasser les étrangers.  Curieusement ces violences sont menées par des Sud-Africains noirs contre des étrangers noirs !

Les plus visés parmi les étrangers sont les Congolais, les Zimbabwéens, les Ethiopiens. Les Congolais de RDC ont tout perdu. Leurs biens ont été pillés, leurs habitations incendiées. Un des deux Ethiopiens brûlés vifs est décédé.

Non, il faut que les Sud-Africains noirs reviennent à de meilleurs sentiments. Ils n’ont pas le droit de détruire l’héritage de Mandela.

Partagez

Commentaires

Mawulolo
Répondre

Mince, je viens de mettre en ligne un billet semblable et sincèrement je n'avais pas vu le tien avant le mien...
Vive la télépathie mondoblog....

renaudoss
Répondre

Tragique.
Au delà de la lecture purement symbolique de la chose, il faut voir en cela le complet échec de Zuma en matière de gestion du pays. A la fin de l’apartheid, il s'est formée une certaine classe moyenne noire assez aisée à grand coup de discrimination positive, mais elle s'est engraissée comme une truie et s'est embourbée dans le consumérisme jouisseur avec un train de vie purement obscène. Il n'y a pas eu de rejaillissement sur les masses hyper-paupérisées (Le fameux "trickle down" est un mensonge)...Quand on ajoute à cette terrible et féroce lutte des classes (qui transcende les couleurs) la tradition de la violence des nations zoulous ainsi que les discours démago des politiques incompétents (d'une bêtise délirante parfois) on obtient cette catastrophe, dans sur le plan symbolique que matériel.

C'est un pays qui risque l'effondrement à vrai dire, les élites noires ont complètement échoué dans la reprise en main du pays (si elles existent vraiment)

renaudoss
Répondre

Comme dirait Rousseau, "la question morale se règle par la question sociale"

larissakouassi
Répondre

C'est dommage que certains chefs ou autorités fassent pareilles déclarations. A croire que la sagesse ne les habite point. J'espère que ce peuple se resaisira.