Après le scandale à la Fifa, enquêtons maintenant à l’ONU

Article : Après le scandale à la Fifa, enquêtons maintenant à l’ONU
8 juin 2015

Après le scandale à la Fifa, enquêtons maintenant à l’ONU

D’habitude c’est très facile de voir la petite paille qu’il y a dans l’œil du voisin, et non la poutre que l’on a soi-même dans son propre œil. J’ai observé tout le monde condamner avec véhémence le scandale de corruption à la Fifa, et Blatter a démissionné. Même l’ONU envisage de revoir ses partenariats avec cette haute instance du football mondial. Bien sûr la Fifa a tort, mais pour moi elle n’est pas la seule organisation internationale coupable de corruption au monde. Il y a pire à l’ONU qu’à la Fifa .

La liste de corrompus est longue comme un oléoduc et l’ONU y figure en bonne place. Chaque nuit, beaucoup d’argent circule sous la table, et les mieux placés de l’ONU se remplissent les poches. Blatter a démissionné, mais à l’ONU on démissionne rarement après un scandale. Personnellement je crois qu’avant de condamner la Fifa, l’ONU devrait d’abord balayer devant sa propre porte, tant elle sait qu’elle est aussi au cœur de nombreux scandales politiques ou financiers. Et jusqu’à présent personne n’y a démissionné avec fracas comme Blatter.

En octobre 2013, l’ONG Transparency International dénonçait dans un rapport des cas de corruption et d’impunité au sein des missions de maintien de la paix des Nations-Unies. Dans ce rapport, l’ONG dresse une liste de 28 canaux à travers lesquels la corruption se pratique à grande échelle dans les missions de l’ONU. Elle énumère notamment » les pots-de-vin, le vol, la passation de marché, l’exploitation sexuelle, la liquidation des actifs, le détournement de salaires et la concussion des sous commissionnaires… »

Plus grave, selon Marilyn Allien de Transparency International Haïti, « le système de supervision de l’ONU est très politisé », à tel point que les fonctionnaires onusiens qui tentent d’aborder les questions de corruption dans l’organisation sont victimes de « représailles ».

Un autre témoignage qui illustre le niveau élevé de corruption à l’Onu est évoqué en décembre 2014 par le journal le Guardian dans son enquête intitulée  » l’Onu au coeur d’un système de contrebande de matériaux de construction à Gaza« . Le Guardian affirme avoir « constaté que des marchés de contrebande étaient systématiquement établis devant les entrepôts contrôlés par l’ONU, où les matériaux étaient revendus jusqu’à quatre fois plus cher ».

Toujours selon cette enquête du Guardian, « des fonctionnaires de l’ONU recevaient des pots de vin pour émettre des coupons, offrant la possibilité d’acheter plus de matériaux que nécessaire, dont l’excès pouvait être revendu au marché noir. D’autres encore se faisaient payer pour fermer les yeux ».

En République Démocratique du Congo, la Monusco ( Mission de l’Onu pour la Stabilisation du Congo ) a plusieurs fois été impliquée dans l’exploitation illégale des minerais congolais: or, coltan, cassitérite… L’un des scandales les plus graves de l’Onu chez-nous c’est lorsque des casques bleus ukrainiens de la Monusco ont été appréhendés en plein trafic illicite des uniformes des Forces Armées de la RDC. Ils auront même le culot de déclarer qu’ils comptaient utiliser ces uniformes de l’armée congolaise pour faire la chasse!

L’Onu c’est aussi le réservoir des scandales sexuels: viol, pédophilie, harcèlement et autres abus sexuels dont les auteurs n’ont jamais été sanctionnés. Le journal Jeune Afrique a eu aussi à déplorer les frasques sexuelles des fonctionnaires de l’Onu en RDC.

Voici quelques cas d’abus sexuels rapportés par Jeune Afrique en 2004 quand la Monusco s’appelait encore Monuc:  » une petite fille de 6 ans a été violée par un fonctionnaire onusien, à Goma, dans l’Est. Le coupable, un Casque bleu marocain, n’a pas été sanctionné et est rentré tranquillement dans son pays. En revanche, un citoyen russe occupant un poste de responsabilité a dû quitter discrètement la RDC sous protection militaire, pour éviter la pression de la famille d’une mineure dont il s’était amouraché. »

« À Kinshasa, certains fonctionnaires onusiens font prospérer le marché lucratif de la prostitution et de l’industrie pornographique. Ils organisent gangbangs et partouzes, parfois avec des mineures. À Bunia, capitale de la province de l’Ituri, dans le nord-est, certains Casques bleus et employés de l’ONU ont transformé en bordels à ciel ouvert les camps de personnes déplacées, de pauvres hères qu’ils sont pourtant censés protéger. »

« …un haut responsable de l’ONU à New York, signale par ailleurs, lors d’un entretien téléphonique, plusieurs cas d’agressions contre des Congolaises, mais aussi entre membres de la Monuc. Une gradée sud-africaine aurait ainsi été récemment violée par un de ses compatriotes, homme du rang. Et ce n’est pas tout. »

« En avril dernier, un agent de la Monuc aurait eu, devant plusieurs témoins, choqués, un « geste déplacé » et suffisamment évocateur en direction de la plantureuse Madeleine Kalala, ministre congolaise des Droits humains… » Fin de citation du journal Jeune Afrique.

Bref, le scandale à la Fifa n’est qu’une petite goutte d’eau, comparé à l’océan de scandales de toutes sortes que connait l’Onu.

Alors, laissez la Fifa tranquille. A mon avis, Ban Ki-moon devait aussi démissionner.

Partagez

Commentaires

Didier Makal
Répondre

Bravo cher ami Jean-Hubert BONDO. J'ai beaucoup découvert et appris à travers ce billet de grande facture. Ah l'ONU! Je n'arrête pas de penser chaque fois aux scandales de trafic des minerais, des viols effectivement rapportés et à la scène des tenues des FARDC... tout cela sans issue. à l'ONU on annonce des enquêtes dont on ne donne pas de résultat comme en RDC les enquêtes connaissent le même sort. Et si finalement ce n'était qu'un arrangement? La FIFA est sans doute condamnable, mais elle n'est pas seule. L'ONU doit elle aussi balayer devant sa porte. Oui, tu as raison cher ami.

Fotso Fonkam
Répondre

Ainsi, l'organisation qui s'est donné pour mission de maintenir la paix dans le monde a également son côté sombre! Ca fait vraiment peur de savoir que ceux qu'on appelle régulièrement à l'aide sont les mêmes qui viennent poser de tels actes chez nous.
Bravo Jean-Hubert et merci pour cet article intéressant et très instructif.