Grands de ce monde, que dites-vous de ce terrorisme qui prospère ?

Article : Grands de ce monde, que dites-vous de ce terrorisme qui prospère ?
30 juin 2015

Grands de ce monde, que dites-vous de ce terrorisme qui prospère ?

La machine terroriste tourne à plein régime en 2015 : des morts partout et tous les jours, au nom d’Allah le miséricordieux. En face, un Occident confus, impuissant et spectateur.

Les candidats occidentaux au djihad ne sont plus à considérer comme un phénomène mineur. Chaque jour, ils débarquent en Irak et en Syrie. Attirés par Dieu ou par l’argent ? Rien de tout cela. Ils sont simplement fascinés par le fait de tuer et de se tuer, en se faisant exploser eux aussi par une bombe.

Grands de ce monde, je crois qu’il faut maintenant agir. Jusqu’à quand serez-vous là à compter vos morts innocents, sans rien faire de plus ?

C’est qu’il faut à l’heure qu’il est, c’est une conférence internationale sur le terrorisme et l’islam radical. Croiser les bras et pleurnicher ne changera rien à la détermination des djihadistes. Eux aiment la mort et les atrocités. Leur dieu se nourrit de sang.

En endeuillant si gravement quatre pays le même jour vendredi dernier, les djihadistes ont certainement réussi un grand coup. 38 morts en Tunisie, 27 au Koweït, 1 en France et plusieurs dizaines d’autres en Somalie…  Le tout en plein ramadan !

Plus concernés par la crise grecque que par la lutte contre le terrorisme…

Il est temps que les grands de ce monde décident de prendre la menace terroriste au sérieux. Les quelques frappes sporadiques de la coalition contre l’organisation de l’Etat islamique en Irak et en Syrie ne suffisent pas.

Si l’Europe peut dépenser tant d’énergie dans la gestion la crise grecque, si le G8, le G20 et autres peuvent se réunir pour le réchauffement climatique, le nucléaire iranien, etc. Pourquoi ils ne se réuniraient pas en urgence pour trouver une fois pour toutes une réponse au terrorisme ?

L’Occident doit savoir que la recrudescence du terrorisme international aujourd’hui n’est que la conséquence des chaos créés par lui en Lybie, en Irak et en Afghanistan. Ces pays sont devenus de véritables usines de fabrication de djihadistes, dont bon nombre sont recrutés en Occident même.

A quel signe peut-on reconnaître un terroriste?

Il est de plus en plus difficile de connaître qui est djihadiste et qui ne l’est pas. Ce n’est même plus important de consulter les casiers judiciaires des gens. Même ceux qui n’ont jamais eu un seul antécédent avec la justice sont comptés parmi les djihadistes.

Le terrorisme international est peut-être devenu une loge mystique à laquelle même des chefs d’Etats adhérent du cœur, comme on adhère à la franc maçonnerie, aux illuminatis, à la rose croix, etc. Cela ne me surprendra pas par exemple d’entendre un jour que « Barack Obama ou Angela Merkel » sont allés en djihad au proche-Orient. Tout est possible, tout le monde peut devenir djihadiste!

Le jeune djihadiste tunisien Seiffedine Rezgui a tué ses 38 victimes à l’aide d’une arme qu’il avait dissimulée dans un parasol. Preuve que la circulation incontrôlée d’armes à feu contribue au terrorisme. C’est encore la faute aux grands de ce monde : ce sont eux qui fabriquent et vendent les armes.

Autrefois, les grenades, les armes de poing, les kalachnikovs devaient rester dans les casernes et être portées uniquement par des personnes habilitées, comme la police, l’armée et les services de sécurité. Mais l’Occident a banalisé le port d’armes à feu, et n’importe qui peut se les procurer. La conséquence, ce sont les groupes armés en Afrique et des tueries comme celle de Charleston.

Comment se protéger des attentats kamikazes ?

Cette question est difficile, elle sera toujours difficile en raison des modes opératoires imprévisibles des djihadistes. L’une des solutions serait peut-être d’éviter de se retrouver fréquemment dans des rassemblements. Les terroristes aiment les attroupements, ça leur permet de faire le plus de victimes possibles.

Or éviter les lieux bondés de gens, comme les marchés, les églises, les mosquées, les écoles, les stades… équivaut à dire qu’il faille s’emprisonner chez soi ! C’est dommage, mais c’est peut-être la solution pour vivre.

Non. Il faut une conférence internationale sur le terrorisme.

Partagez

Commentaires