RDC, un bébé âgé de 55 ans

Article : RDC, un bébé âgé de 55 ans
1 juillet 2015

RDC, un bébé âgé de 55 ans

30 juin 1960, 30 juin 2015, notre mignon bébé la République démocratique du Congo a totalisé 55 ans d’âge. Toujours bébé même à 55 ans. Le pays a connu un problème de retard de croissance physique. Malgré une barbe abondante, sa démocratie prend encore le biberon.

Obèse dès la naissance, le bébé RDC a du mal à se tenir debout et à marcher sur ses deux pieds, tellement il est gros : 2 millions 345 mille km2. Et 55 ans après l’indépendance, il ne peut marcher qu’avec les béquilles des aides extérieures. Sa sécurité ne tient qu’à la Mission des Nations unies au Congo (Monusco).

Ailleurs on parle des pays de vieille démocratie, mais chez nous, après 55 ans d’indépendance, on dit toujours « notre jeune démocratie »,  » notre démocratie débutante ». Et c’est vrai. Moi j’aurais même préféré qu’on dise « notre bébé démocratie », car c’est encore vraiment un bébé.

A la place d’un débat politique élégant et citoyen, les politiciens congolais n’ont que des querelles intestines propres aux enfants qu’ils sont. Raison pour laquelle chez nous, les guerres et les conflits même minimes n’en terminent pas. Savez-vous que les Congolais n’organisent jamais un dialogue supervisé par eux-mêmes, ils demandent toujours la médiation d’un adulte, la communauté internationale.

Les enfants, il faut les punir pour qu’ils se corrigent : c’est pourquoi en RDC la prison est facile, mais c’est une prison où vous trouvez beaucoup plus les opinions que la corruption, les viols, etc. C’est une de ces démocraties où des journalistes et des hommes politiques font des navettes entre la vie libre, la prison et la résidence surveillée. Ici les chanteurs engagés sont expulsés.

Pourtant, à 55 ans on se rapproche du 3e âge. L’âge où l’eau et l’électricité devaient être disponibles pour épanouir le bébé. Mais les enfants congolais utilisent encore la rivière comme eau potable, et la lune comme éclairage nocturne.

Il ne faut surtout pas donner aux enfants les infrastructures et les services sociaux de base, car ils vont les abîmer. C’est ainsi qu’en 2015, mieux, en ce 21e siècle, certains villages de chez-nous n’ont jamais vu une école, encore moins un centre de santé.

Les quelques infrastructures qu’avait laissées le colonisateur sont aujourd’hui en ruine; elles doivent disparaître pour que nous en construisions de nouvelles.

Vive les 55 ans d’indépendance de la RDC !

 

Partagez

Commentaires

Benjamin Yobouet
Répondre

Chapeau pour ce billet: bien écrit et bien argumenté même s'il est drôle. C'est justement cela qui ajoute la saveur et le piment à cet article.

J'adore aussi le titre ; bien à toi !

Didier Makal
Répondre

Hum! Je ne vais pas pleurer. Je ne rigole pas non plus. Attendons peut-être demain

Emmanuel LEU T.
Répondre

Patrice LUMUMBA avait écrit ceci dans sa dernière lettre: "Je sais et je sens au fond de moi même que tôt ou tard mon peuple se débarrassera de tous ses ennemis intérieurs et extérieurs, qu’il se lèvera comme un seul homme pour dire non au capitalisme dégradant et honteux, et pour reprendre sa dignité sous un soleil pur."

Tant que, nous Congolais, nous ne nous sommes pas débarrasser des fantoches à la tête des institutions de la République, nous resterons toujours dans cet état d'enfant même 100 ans encore.